La Mairie de Toulouse n’aime plus Reynerie Miroir ?

La Mairie de Toulouse ayant baissĂ© drastiquement (-42%) les subventions qu’elle nous accordait jusqu’alors, nous avons Ă©videmment voulu savoir quelles en Ă©taient les raisons.

AprĂšs un entretien avec M. GaĂ«tan Cognard, Maire de notre quartier, et M. Cabrol, directeur adjoint de cabinet de Jean-Luc Moudenc, nous avons reçu une lettre de ce dernier qui ne nous a guĂšre convaincu….

La lettre du Maire de Toulouse dans son intégralité :

AprĂšs une demande d’éclaircissement, une deuxiĂšme lettre du Maire nous est parvenue dĂ©but juillet :

Notre réponse à cette lettre :

Toulouse, le 10 juin 2024,

Monsieur le Maire,

Nous avons le plaisir de vous adresser le numĂ©ro 44 – Ă©tĂ© 2024 – de Reynerie Miroir. Vous y trouverez les derniĂšres nouvelles de notre quartier et les paroles des habitants et des acteurs qui ont souhaitĂ© s’exprimer dans les colonnes du journal.

Vous y trouverez Ă©galement nos rĂ©ponses aux accusations portĂ©es par M. Cognard, Maire du quartier, et que vous avez vous mĂȘme appuyĂ©es dans votre courrier du 7 mai dernier.

Tout d’abord, nous vous remercions pour l’attention que vous avez toujours accordĂ©e Ă  notre journal et encore aujourd’hui, en vous penchant sur le dĂ©saccord que nous avons avec M. Cognard. Vous ĂȘtes le seul Ă  avoir pris le temps de nous prĂ©ciser par Ă©crit ce qui a pu vous heurter dans nos colonnes, et comme nous n’avons jamais reçu de demande de droit de rĂ©ponse de la part de M. Cognard, des bailleurs sociaux, ou de qui que ce soit, nous avons dĂ©cidĂ© de publier l’entiĂšretĂ© de votre lettre, pour que nos lecteurs puissent disposer de l’ensemble des Ă©lĂ©ments.

Nous tenons Ă  vous dire, Monsieur le Maire, qu’en ce qui concerne notre loyautĂ© qui est mise en doute, nous la devons avant tout aux habitants de Reynerie, en publiant leurs paroles sans les censurer, dans la mesure oĂč elles ne crĂ©ent pas de trouble Ă  l’ordre public. En ce qui concerne la dĂ©molition des immeubles conçus par Georges Candilis, nous n’avons pas rencontrĂ© de paroles spontanĂ©ment en faveur des dĂ©molitions. Nous en avons nĂ©anmoins publiĂ©, comme vous avez pu le constater, parce que nous sommes allĂ©s les chercher.

Vous nous reprochez de ne pas respecter« le principe du contradictoire Â» car nous n’avons pas interviewĂ© les bailleurs, l’ANRU ou la collectivitĂ©. Mais nous ne sommes pas lĂ  pour ça. Les Ă©lĂ©ments de communication des uns et des autres n’ont pas besoin de notre journal pour toucher les habitants du quartier. NĂ©anmoins, si vous visitez notre site internet : www.reynerie-miroir.net, comme le font nombre de nos lecteurs, vous y trouverez les dossiers de prĂ©sentation du projet de renouvellement urbain Ă©manant des services de Toulouse MĂ©tropole. Vous constaterez Ă©galement que nous n’avons pas non plus interviewĂ© les architectes qui s’opposent au projet. Nous n’avons publiĂ© que des paroles d’habitants qui souhaitaient contribuer au dĂ©bat. Des paroles argumentĂ©es et qui sont trop souvent nĂ©gligĂ©es.

La loyautĂ© envers les habitants nous oblige Ă©galement Ă  leur rendre l’information accessible. Si la maniĂšre dont nous avons parlĂ© du rĂ©sultat de l’enquĂȘte publique vous a dĂ©plu, sachez toutefois que nous avons effectuĂ© un travail d’analyse sincĂšre, cherchant Ă  mettre valeur les habitants qui ont contribuĂ©, et nous avons eu l’honnĂȘtetĂ© de publier l’entiĂšretĂ© de l’avis favorable du commissaire enquĂȘteur pour le rendre accessible.

Vous dites que nous ne maĂźtrisons pas « la nuance des propos qui se sont exprimĂ©s Â». Or, nous ne confondons pas l’opposition aux dĂ©molitions et l’opposition au renouvellement urbain. L’immense majoritĂ© des habitants veut un changement pour le quartier, mais cela ne signifie pas qu’elle est d’accord avec la dĂ©molition des immeubles Candilis. L’un n’implique pas l’autre. C’est lĂ  que se trouve la nuance, nous semble-t-il. Il est nĂ©cessaire qu’elle puisse s’exprimer, notamment dans notre journal, et que vous sachiez l’entendre.

Nous espĂ©rons, M. le Maire, que la lecture de ce numĂ©ro vous permettra de mieux apprĂ©hender nos positions en tant qu’habitants, et que vous saurez Ă  nouveau apprĂ©cier notre travail et nos arguments, car ils sont le fruit d’une rĂ©flexion collective, Ă  l’échelle du quartier, qui dure depuis dix ans, avec toute notre franchise et notre loyautĂ©.

Nous avons représenté la demande de financement du journal auprÚs de vos services, et nous espérons que vous saurez mettre fin à ces malentendus en y répondant favorablement.

Dans l’espoir de renouer un dialogue plus direct avec vous et vos services, veuillez accepter, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.